Sauvegarde du château des Teppaz

Dernière modification le 13 mars 2020

A deux pas du hameau des Teppaz, le Vieux château des Teppaz est perché sur un petit mont qui surplombe les gorges du Cozon en faisant un point stratégique de surveillance du territoire. Il reste sur ce site quelques ruines, vestiges de l’histoire locale du XIème au XIIIème siècle.

A la suite d’une longue démarche avec les propriétaires de l’emprise de cet édifice, la Commune et l’Association Mémoire des Entremonts vont pouvoir mettre en oeuvre la sauvegarde du site.

En effet, les propriétaires concernés ont accepté de mettre leurs parcelles à la disposition de la commune, soit par cession gratuite, soit par bail emphytéotique de 99 ans avec loyer à l’euro symbolique. Ces accords ont été validés par le conseil municipal le 25 février 2020.

En parallèle, le Conseil municipal a validé la convention à intervenir entre la Commune et l’Association pour une mise à disposition de ces terrains qui permettra à l’Association d’intervenir sur le site dès que les actes notariés seront signés.

Un comité de pilotage constitué de représentants de la Commune et de représentants de l’Association suivra les opérations de sauvegarde.

L’objectif est de rendre ces ruines plus lisibles et plus compréhensible et éviter une dégradation irrémédiable du site.

Un grand merci aux propriétaires et à l’Association Mémoire des Entremonts !

Historique du site

Le château des Teppaz ou le château des Tèpes en français local.

Au XIe siècle ce château était sans doute en bois, comme les autres châteaux de la vallée.

C’est à cette époque que la famille d’Entremont étendit son hégémonie sur toute la vallée en se débarrassant des concurrents et en détruisant leurs châteaux (cf. la légende d’Hermesende).

Au fil des siècles, la position stratégique de ce château, à la frontière delphino-savoyarde, fit des Seigneurs d’Entremont des personnages incontournables et ils en profitèrent pour jouer sur les deux tableaux.

Au début du XIVe siècle, ce château en pierres avait la réputation d’être imprenable.

En 1306 pendant que le comte de Savoie défend Genève, Rollet d’Entremont fait « allégeance » au Dauphin.

Aussitôt Amédée V abandonne Genève pour venir mettre le siège devant le château des Teppes.

« Contraints de se nourrir de chiens et de rats, les assiégés doivent se rendre après cinq semaines de siège ».

Contrairement aux idées reçues, ce château ne fut pas détruit. Le comte de Savoie en fit le siège de la châtellenie d’Entremont. Il n’y eut plus, dès lors, de seigneur résidant au château d’Entremont, mais un châtelain, révocable et salarié, chargé des fonctions civiles et militaires, assisté du personnel administratif nécessaire au fonctionnement de la châtellenie : le métral d’Épernay, le chapelain du château et le notaire.

 

Dans la même catégorie

Mairie
Réglementation
Le conseil municipal
Le personnel communal
Élections
Les conseils de hameaux
Comptes rendus des réunions
Initiatives et projets
Démarches administratives
Informations municipales
Enquêtes publiques
Le conseil municipal s'engage …
Portrait de territoire
Population
Géographie
Histoire et patrimoine
Foncier
Connaître, préserver, promouvoir notre environnement
Sites en référence
Archives Conseil Municipal
Archives élection
Archives Conseils de Hameaux
Archives Bulletin municipal

Nos Actualités

au 1er avril 2020

Santé et sécurité

Information CORONAVIRUS / limitation propagation

Loi d'urgence. Mesures sanitaires, établissements fermés, services publics, comportements citoyens même pendant le confinement, aides aux entreprises, ...

01 Avr

Mairie

Confection de masques à partir des kits fournis

merci aux nombreuses bénévoles qui se sont proposées pour coudre les masques. Nous contacter si vous souhaitez participer à cette opération.

01 Avr

Réglementation

Confinement – Démarches en ligne depuis son domicile

Sites officiels pour des démarches en ligne : pré plainte en ligne, violence sexuelles et sexistes, malveillance sur internet, fraude à la carte bancaire, signalement sur internet, trouver une brigade ou un commissariat, coronavirus, brigade numérique

31 Mar