Archives du mot-clé éclairage public

Réfection de l’éclairage public aux Combettes

Le programme de rénovation de l’éclairage public continue en 2020 :

  • remplacement des luminaires ballon fluorescent par des LED
    • aux Combettes (11 luminaires)
    • au Carneret (1 point lumineux)
    • au Replat (1 point lumineux)
    • à la Fracette / Panières (1 point lumineux)
    • à Saint Même d’en bas (1 point lumineux)
  • pose d’un dispositif de coupure nocturne réglable
  • mise à jour de la base de données sur le système d’information territorial

Ainsi l’ensemble des luminaires équipés d’ampoule à vapeur de mercure (ballon fluorescent) aura été remplacé sur la commune en 3 ans. Les ampoules sont interdits à la vente et elles ne pouvaient plus être remplacées.

C’est l’entreprise SOBECA qui effectuera ces travaux dans le cadre de son marché de maintenance et de rénovation de l’éclairage public mis en place en 2019.

Une demande de subvention a été demandée au SDES et la région dans le cadre du programme TEPOS porté par le Parc de Chartreuse.

Agir sur l’éclairage public pour plus d’étoiles, moins d’électricité

Pollution lumineuse et biodiversité

Lors du forum “un éclairage raisonné pour des Parcs Etoilés“, organisé par le PNR Chartreuse en décembre 2019,  Romain Sordello, ingénieur expert biodiversité au Museum national d’Histoire naturelle et à l’Agence française pour la Biodiversité au sein de l’UMS PatriNat, a présenté l’impact de la lumière sur la biodiversité.

Lors de sa présentation, il a abordé la question des périodes crépusculaires :

  • la coupure de l’éclairage en coeur de nuit est certes bénéfique car elle crée le cycle jour/nuit et nous permet de contempler le ciel étoilé mais ses bénéfices sont limités en ce qui concerne la faune nocturne
  • les conflits d’usage se situent surtout au crépuscule et à l’aube : c’est à ces moments là que les animaux (insectes, vertébrés) quittent leur refuge pour rejoindre leur zone de chasse à la tombée du jour et rejoignent leur refuge au petit matin
  • il est donc utile de préserver ces périodes d’intense activité des animaux nocturnes de la pollution lumineuse et retardant l’allumage le soir et en avançant l’extinction de l’éclairage public le matin
  • c’est pourquoi nous avons modifié le réglage des horloges astronomiques de l’éclairage public pour que les luminaires s’allument à la nuit tombée de la nuit le soir et s’éteignent au tout début de l’aurore le matin dans tous les secteurs de la commune.
  • Ce dispositif devrait permettre à la faune sauvage de reconquérir des territoires, n’hésitez pas à faire remonter vos observations en mairie

Télécharger la présentation de Romain Sordello

2019_12_12_Présentation_forum_coopé

Extinction nocturne à St Pierre par secteur

Démarche participative

L’extinction nocturne a été réalisée après une phase de consultation des habitants en conseil de hameaux. L’ASDER était venue y présenter les enjeux écologiques, économiques et sociaux.

Au niveau écologique, éteindre permet de rétablir la nuit noire, nécessaire à la vie nocturne comme diurne. De plus, cela génère des économies d’énergie en proportion de la durée d’extinction.

Ainsi, depuis juin 2015, nous avons mis en place l’extinction nocturne dans les hameaux.

Après quelques ajustements, les hameaux et lotissements sont maintenant calés sur une extinction de 23h à 5h.

Eteindre 6 h sur les 11,5 h de nuit quotidienne (moyenne annuelle), c’est consommer moitié moins d’électricité. Un pas de plus vers le territoire à énergie positive !

Incidence sur les consommations

La mise en place de l’extinction nocturne depuis juin 2015 et la rénovation du parc de l’éclairage public depuis 2018 a permis de réduire la consommation d’électricité et le coût pour la commune malgré la création de nouveaux points lumineux en 2017 et 2018 le long de la passerelle du cimetière et du cheminement piéton vers le Replat en bord de Cozon.

Extinction dans les hameaux, et le bourg ?

Les travaux d’enfouissement des réseaux le long de la route du Replat vers l’école a été l’occasion de modifier l’installation de l’éclairage public. Cela permet de programmer séparément le réseau de l’éclairage public du Bourg et celui du replat et des lotissement du Pré du Comte et de Roche Veran. Ces derniers sont maintenant éteints de 23h à 5h, comme les autres hameaux et lotissements.

Pour avoir un effet encore plus significatif sur l’énergie consommée par l’éclairage public et son coût, il faudrait agir aussi sur le réseau du Bourg qui couvre le centre-bourg, Bazinière et la Combe.

Pourquoi ne pas tenter une période test sur la base, par exemple, d’une extinction de 1h à 5h les samedi et dimanche et de 0h à 5h les autres jours ? C’est à réfléchir ensemble.

Aucun lien entre éclairage et sécurité.

Dans toutes les communes où l’arrêt de l’éclairage sur une période de la nuit s’est mis en place, la grande crainte des habitants était la sécurité. Tous les chiffres montrent qu’il n’y a aucun lien entre éclairage et sécurité.

En effet, 80% des cambriolages ont lieu le jour, 55% ont lieu entre 14h et 17h et 99% des délits nocturnes ont lieu dans des rues parfaitement éclairées (données gendarmerie/compagnies d’assurance). Nous pouvons donc être rassurés sur ce point.

Les conseils de Hameau de l’automne : c’est oui à l’extinction nocturne !

Ces conseils ont commencé par une présentation de l’ASDER nous précisant le poids économique de l’éclairage public en France et localement puis ses impacts négatifs sur la faune et la flore.

Face à ce constat nous pouvons agir à travers trois leviers complémentaires : sobriété, efficacité et énergies renouvelables.

  • Sobriété : supprimer les gaspillages, responsabiliser tous les acteurs du producteur au citoyen, éclairer que si cela est nécessaire.
  • Efficacité : réduire les pertes lorsque l’on transforme ou utilise l’énergie et adapter la puissance aux besoins. Pour la plupart des lampadaires actuels, 30 à 50 % de la lumière est totalement perdue car elle éclaire aussi le ciel.
  • Énergies renouvelables : développer leur utilisation, ressource inépuisable à faible impact sur l’environnement.

La présentation de l’ASDER a permis d’engager le débat dans chaque conseil sur l’éclairage public localement. Le constat général est que le réseau donne satisfaction, même si certains points lumineux s’avèrent gênants ou mal placés.

Plusieurs propositions ont émergé de ces discussions. Lors des changements d’ampoules, il faudrait prévoir des puissances plus faibles voire ne pas les remplacer suivant les cas.

Les habitants sont d’accord pour expérimenter l’extinction de l’éclairage public une partie de la nuit : de 22/23h à 5 /6h selon les secteurs.

Ces tests pourront se faire dès que la commune aura équipé d’horloges les armoires électriques des réseaux.

Les habitants seront informés quand les tests commenceront et pourront faire remonter leurs remarques. Un bilan sera fait après un an de fonctionnement couvrant les 4 saisons.

Économiser, consommer moins d’énergie, réduire les émissions de CO2, améliorer l’éclairage au service des habitants, voici nos objectifs.